#J23 #LIDLSTARLIGUE TOULOUSE / ISTRES : NE PLUS CALCULER !
14/05/2019

Il reste quatre matchs aux Istréens pour conserver leur place dans l'élite du handball français. Face au Fenix Toulouse, , en net regain de forme après un début de saison compliqué, ce mercredi à 20h30 dans le cadre de la 23e journée de Lidl Starlgiue, les hommes de Gilles Derot n'auront pas la tâche aisée. Les joueurs de la ville Rose voudront devant leur public finir la saison du mieux possible. Pour les violets il ne faut plus calculer et tout donner pour faire les comptes dans 4 heures de jeu. Cette semaine c’est Benali Beghouach, entraineur adjoint qui nous présente les enjeux de cette rencontre capitale.

 

Comment on se sent après un match comme celui que vous avez joué contre St Raphaël ?

Contre Saint Raphaël , personnellement en tant que coach adjoint, j’ai ressenti beaucoup de frustration et beaucoup de regrets parce qu’on n’a pas eu l’équipe qu’on aurait souhaité avoir ce jour-là, en terne d’agressivité, de combativité et de don de soi. On a senti une équipe, après deux ou trois échecs ou situations négatives pour vous en début de match, qui n’a pas su relever le défi mental. Physiquement, l’équipe était présente, mais ça n’a pas suffi à nourrir suffisamment le jeu. La première mi-temps a été symptomatique de ce match, si mauvais. Tout ce que nous avions travaillé autour du jeu offensif, quand on met deux buts en quinze minutes, on ne peut pas être content de cette équipe. Personnellement beaucoup de frustration, je n’ai pas reconnu mon équipe, on n'a pas reconnu une équipe qui allait chercher un maintien. Je ne dis pas qu’on aurait dû gagner St Raphaël, mais au moins montrer une image différente. En ce qui concerne l’équipe, ils ont dû être agacés, énervés, frustrés du résultat, mais surtout je pense et j’espère, de leur performance individuelle, car, hormis Robin Cappelle, le groupe n’a pas été à la hauteur et tout le monde s’est un peu tiré vers le bas, malheureusement et on a subi cet état d’esprit indirectement. Même si on a essayé de faire beaucoup de changements, c’était très compliqué, mais en aucun cas cela veut dire que l’équipe à lâcher, au contraire. Il fallait mieux refaire un point vendredi matin après le match avec le groupe pour leur expliquer que ce n’est pas fini. On essaye d’être toujours positifs.

 

Prochain match contre Toulouse. Comment appréhendez vous cette rencontre et quel type de match vous allez jouer ?

Depuis février, ils ont perdu deux matchs contre des grosses équipes, mais c’est une des équipes qui joue le mieux. Elle a trouvé une confiance, c’est une belle équipe de notre championnat. Ils jouent très bien, ils ont du mal à se faire attaquer balle en main, ils ont un équilibre très homogène. On n’a pas le choix de l’aborder de manière très conquérante, parce que si on réitère le genre de prestation qu’on a pu faire contre Saint Raphaël, on va en prendre dix. À partir de ça, il va falloir être très concentré et surtout croire en nos chances. Je suis très positif pour ce match contre Toulouse, je suis persuadé qu’on va faire un vrai match, en espérant que le résultat suive, et soit bon pour nous.

 

Qu’est-ce qu’il reste à l’équipe pour assurer son maintien en Lidl Starligue ?

Mathématiquement, en voyant comment les autres équipes jouent, et si ça se déroule comme on le souhaite, il nous faut deux matchs. Et pour assurer définitivement le maintien, il nous en faudrait trois, en sachant qu’on reçoit Pontault et Ivry. Mais on retarde encore l’échéance, c’est-à- dire que croire qu’on ne joue pas Toulouse et Nîmes, et croire qu’on gagne facilement Pontault et Ivry, c’est tomber dans le piège de l’émotion et de la pression négative. C’est pout ça que je pense que Toulouse peut être un déclencheur, pour se rassurer un peu dans notre jeu. Hormis le côté mathématique, on doit retrouver des valeurs et des certitudes, croire en nos chances et garder l’envie.

 

Il reste quatre matchs à jouer avant la fin de la saison, vous comptez adopter que type de management avec les joueurs ?

On essaye de pas trop changer les choses même si à un moment donné, les entraineurs tranchent. On se doit de remettre la pression à quelques joueurs, mais on reste dans un management participatif, dans l’idée selon laquelle, l’idée a fonctionné, fonctionne et surtout ce n’est pas à 4 jours de la fin du championnat que nous allons trouver le management qui va nous sauver. Il faut rester droit dans nos botes, après s’il faut se montrer directif, on saura l’être.

 

Quelles sont les forces de cette équipe istréenne ?

Au départ, c’était le mental, car il n’y a que ça qui peut nous transcender. Hormis l’aspect technico-tactique, qui nous apporte la connaissance de l’équipe adverse et notre propre force, si on n'y met pas la combativité, et qu’on fait les choses de manière légères, ça ne fonctionnera pas car on n’aura pas mis tous les ingrédients pour réussir. Il faut se transcender et apporter un état d’esprit irréprochable.

 

Le 8 juin aura lieu le Match de Gala Caritatif pour célébrer les 10 ans de la victoire du club en Coupe de la Ligue, que vous évoque ce type d’évènement ?

Cela m’évoque des souvenirs devant ma télé ! Fier du titre, fier de notre ville, et de mon club. Club dont j’ai porté les couleurs pendant douze ans, et dont je suis le co-entraineur aujourd’hui. C’est un souvenir inoubliable, et aujourd’hui, quand on regarde bien en Lidl Starligue, en dehors de Montpellier ou Paris, qui peut se vanter d’avoir eu un titre dans sa carrière ? Istres l’a fait, Istres à une coupe de la Ligue, c’est quand même une fierté. Ça restera gravé à vie, et je suis fier d’avoir appartenu, et d’appartenir à ce club. Pour l’aspect caritatif, l’année dernière, nous avons vécu un moment émotionnel très fort avec la maladie de Théo Derot qu’on a vécu pleinement par le biais de Gilles. Théo a été formé au club, c’est un enfant d’Istres, on a tous été touché et marqué. Animer une manifestation comme celle-là de célébration du titre, et associer à cette belle action, l’Institut Paoli Calmette, je ne peux être que fier de cette action et on va y adhérer à 200%. Et il faut surtout venir assister au match, et faire un don. Cet institut fait un travail formidable pour tous ces malades. 

 

SUIVEZ LE MATCH EN DIRECT COMMENTÉ EN CLIQUANT SUR L’IMAGE CI-DESSOUS

 

LES AUTRES MATCHS DE LA #J23

 

RESERVEZ VOS PLACES POUR LE PROCHAIN MATCH À DOMICILE : (pour réserver vos places cliquez sur l’image ci-dessous)

 

Retour aux actus